Historique

L'origine de la maison

En 1856, la création de la Maison de Charité est la reconnaissance d'un legs fait à la Compagnie des Filles de la Charité.

Cette Maison est alors dirigée par des religieuses et particulièrement par Mademoiselle GUITTART, soeur Émilie, enfant de Roques. Elle s'acquittera de cette mission durant de longues années. Cette institution chrétienne est à la fois école et prodigue des soins aux malades.

Le 23 juin 1875, une inondation ruine presque complètement le village dont la Maison de Charité.

En septembre 1876, la Maison de Charité est reconstruite, les religieuses en reprennent possession. Soeur Félicité la dirige (classes, ouvroir, il y a près de 50 élèves venant des environs).

Le 16 août 1884, obsèques de soeur GUITTART qui fut la fondatrice et la mère supérieure de la maison dont la mémoire est rappelée sur le caveau qui se trouve au cimetière de Roques.

En 1919, fermeture du couvent (par pénurie de personnel). Il ne restera pas fermé longtemps, la maison mère en confie la gestion aux Filles de la Charité de la paroisse Saint-Pierre à Toulouse.

 

Roqueclaire - Le couvent au siècle dernier

Roqueclaire - La Maison familiale (environ 1950) (Editions Argra Toulouse)

De nos jours

En 1966 : création à Muret (20 km de Toulouse) d'un établissement pénitentiaire de plus de 600 places destiné à recevoir les condamnés à de longues peines. Aussitôt se pose le problème de l'hébergement des familles de détenus qui, venant de loin et souvent issues de milieux défavorisés, ne trouvent pas, à un prix abordable pour elles, un hôtel capable de les loger le temps des parloirs. Or, on sait l'importance pour la future réinsertion du détenu, du maintien de ses liens affectifs avec sa famille et ses amis. De même, il importe d'alléger la peine de la séparation supportée par la famille, en facilitant son hébergement dans un véritable foyer d'accueil et d'échange, ouvert en permanence.

En mars 1972 : un groupe des visiteurs, membres de l'Association Nationale des Visiteurs de Prison (ANVP) reconnue d'utilité publique, en lien avec le Service social et les aumôniers catholiques et protestants, recherche une maison, pour y organiser l'accueil des familles de détenus. Elle est trouvée à Roques-sur-Garonne à moins de 7 km du centre de détention, dans un cadre agréable, reposant, à proximité de la Garonne et bénéficiant d'un jardin attenant.

En novembre 1972 : création, avec près de 50 adhérents, de l'association (loi 1901) "ROQUECLAIRE" pour gérer cette maison de Roques. Son but statutaire : "assurer le logement aux familles visitant les détenus". L'aménagement matériel de la maison et son financement se font grâce aux aides privées, à la main d'œuvre bénévole de prisonniers libérés, à des associations caritatives, à la Caisse d’Épargne de Toulouse et à partir de 1977 au Ministère de la Justice. 

En 1976, l'existence de la maison de Roques a été confortée par un "contrat de commodat" (droit à usage) signé entre l'association et la compagnie des Filles de la Charité, propriétaire des lieux. 
Andrée Rouquette en assurait depuis le début, la direction. Elle a su créer un climat d'accueil et de confiance entre les familles. Elle aidait à leur transport jusqu'à la prison et assurait une aide permanente pour tous les problèmes matériels et administratifs qui pouvaient se poser. 
Le bilan de cette maison d'accueil est très vite considéré comme satisfaisant, au point que l'expérience va vite faire école.  D'autres maisons d'accueil des familles de détenus vont être créées en France par d'autres visiteurs de prisons.

En 1993 : depuis sa création, en vingt ans la maison a accueilli 11820 personnes pour 35585 journées, soit une moyenne annuelle de 560 personnes et 1950 journées.

En 1998 : renouvellement de l’équipe de trois permanentes en charge de l’accueil.

A partir de 1994, des travaux de rénovation sont entrepris pour rendre la maison plus confortable et pour la mettre en conformité avec les règles de sécurité.

En 2006, la maison est composée d'une équipe d'animation de quatre permanentes.

Roqueclaire en 2006

Au cours de l'été 2007, d'importants travaux sont réalisés pour l'installation du chauffage central en remplacement du chauffage électrique existant.

Le samedi 12 mai 2012, l'association a fêté son 40ème anniversaire (voir son histoire).

Au mois de janvier 2018, les soeurs de la communauté des Filles de la Charité ne peuvent plus assurer leur mission et se retirent. Les bénévoles de l'association continuent d'assurer l'accueil des familles.

A partir du 1er novembre 2018, une Maîtresse de maison s'installe dans la maison. 

retour Accueil

Mentions légales